We are supported by readers, when you click & purchase through links on our site we earn affiliate commission. Learn more.

Restaurants clandestins. Embarrassé, Brice Hortefeux reconnaît un déjeuner avec Alain Duhamel

L’ancien ministre de l’Intérieur admet qu’il a déjeuné avec l’éditorialiste dans un appartement privé, où officiait le chef Christophe Leroy. Mais Brice Hortefeux assure qu’il pensait que c’était légal. Et si le fameux « ministre » était en fait un ancien ministre ? Une semaine après l’éclatement de l’affaire des repas clandestins chez le collectionneur Pierre-Jean Chalençon, qui se vantait d’accueillir des membres du gouvernement, aucun de ces derniers n’a été inquiété.

Mais l’ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a admis samedi 10 avril avoir fréquenté le 30 mars dernier un appartement privé reconverti en restaurant, à Paris, où le chef Christophe Leroy proposait à une clientèle sélecte des menus luxueux. À Mediapart, celui qui est aujourd’hui député européen explique qu’il devait déjeuner avec le journaliste Alain Duhamel au siège du parti Les Républicains, mais qu’il a changé d’avis après une proposition d’une connaissance. Dans la conversation il me dit : Si vous avez des déjeuners ou des dîners, il y a un business club dont je suis membre et c’est tout à fait possible d’organiser cela.

Cette personne lui assure que c’est légal et que des entreprises, des élus, font de même. Quand vous savez cela, vous vous dites que vous êtes dans les clous, affirme Brice Hortefeux qui avoue, après coup, avoir été très gêné par rapport à son invité. Même sentiment de malaise chez ce dernier, Alain Duhamel, qui estime avoir eu le sentiment d’avoir été un peu piégé : Je ne savais pas de quoi il s’agissait, ce n’était pas précisé, j’y suis allé. Je croyais que ce serait soit chez lui, soit chez un de ses amis, et puis je suis monté dans ce truc-là. Je ne suis pas du tout du genre club, etc. Et puis je me suis aperçu qu’il y avait des gens qui déjeunaient. On m’a emmené tout de suite dans une petite salle à manger au fond, où nous étions trois. Tout paraissait légal, se souvient le journaliste auprès de Mediapart. Alain Duhamel affirme que le déjeuner a été réglé par carte bancaire.

La diffusion d’un reportage par M6 la semaine dernière sur des dîners clandestins fastueux à Paris a déclenché une vive polémique, un des organisateurs, identifié comme étant Pierre-Jean Chalençon, affirmant avoir dîné dans la semaine dans deux trois restaurants clandestins où il aurait croisé des ministres. Le reportage faisait notamment état d’un dîner au Palais Vivienne, dans le 2e arrondissement de la capitale, autour d’un menu caviar et champagne au prix de 220 euros par personne concocté par le cuisinier Christophe Leroy. Il avait enflammé les réseaux sociaux, provoqué des réactions de la classe politique, et entraîné l’ouverture d’une enquête. Une perquisition a été menée jeudi au Palais Vivienne, propriété de Pierre-Jean Chalençon. Une autre perquisition avait déjà eu lieu mercredi au domicile parisien de Christophe Leroy.