We are supported by readers, when you click & purchase through links on our site we earn affiliate commission. Learn more.

Napoléon, tyran ou génie ? Les controverses autour de l’empereur

Le 5 mai 1821, Napoléon Bonaparte s’éteignait à l’âge de 51 ans à Sainte-Hélène. Deux cents ans après sa mort, l’empereur fait toujours autant parler de lui. Génie visionnaire ou véritable tyran ? France 24 vous propose de revenir sur les différentes controverses autour de sa personnalité.

« Cet homme, dont j’admire le génie et dont j’abhorre le despotisme », avait résumé François-René de Chateaubriand. Depuis deux siècles, Napoléon Bonaparte ne cesse de faire l’objet de controverses. Adoré ou critiqué, concentré de passions françaises, il est tantôt « l’Aigle », brillant stratège, tantôt « l’Ogre » guerrier, misogyne et qui a rétabli l’esclavage.

Le bicentenaire de sa mort est l’occasion de raviver une nouvelle fois les polémiques autour de cette figure de l’Histoire de France. Alors que certains estiment que cette date ne devrait même pas être commémorée, l’historien Charles-Éloi Vial, auteur de plusieurs ouvrages à son sujet dont « Napoléon – La certitude et l’ambition » (aux éditions Perrin/BNF) revient pour France 24 sur les zones d’ombres qui entourent « le Petit Caporal ».

France 24 : Promu général à 24 ans, puis général en chef de l’armée de l’Intérieur à 26 ans, Napoléon a eu une progression fulgurante. Homme clé du coup d’État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), il rafle la mise en s’emparant du Consulat avant de confisquer le pouvoir en tant que Premier consul « à vie », puis en se couronnant lui-même Empereur des Français, le 2 décembre 1804. Napoléon a alors mis la France au pas et instauré un État policier. Le qualifieriez-vous plutôt de visionnaire ou de tyran ?

Charles-Éloi Vial : Le terme tyran est peut-être un peu fort, celui de visionnaire également : en histoire, il faut savoir adopter des points de vue nuancés, et admettre que Napoléon n’était pas noir ou blanc, son gouvernement a eu de très bons aspects, notamment sur le plan de l’administration, mais il a dirigé la France de manière très autoritaire, en privilégiant l’égalité à la liberté, ce qui forcément peut nous choquer. Plus qu’un tyran ou un visionnaire, il était tout simplement un homme, avec ses qualités et ses défauts.